Résiliation de mutuelle via la Loi Châtel

Une personne assurée sociale accorde naturellement la plus grande vigilance quant au choix de son organisme de complémentaire santé qui lui propose le contrat d’assurance qui obéit le mieux à ses attentes de garanties et de niveau de couverture. Le rôle de ces établissements (organismes de mutuelle, sociétés d’assurance ou institutions de prévoyance) étant de compléter en partie ou en intégralité la participation accordée par le Régime obligatoire, alors en signant son contrat chaque adhérent doit y trouver les services qui s’adaptent avec ses besoins réels de santé, ceux de sa famille et ses ayants droit si nécessaire, et surtout avec ses disponibilités financières.

Toutefois, vu le grand nombre de mutuelles de santé qui agissent dans ce cadre et vu les éventuels imprévus de la vie pouvant augmenter la valeur des dépenses médicales restant à la charge de l’assuré, ce dernier peut ne plus être satisfait par le degré de garantie ou le pourcentage de remboursement proposé par son assureur. Dans ce cas-là, il n’est pas rare de penser à résilier son contrat de mutuelle afin de retrouver d’autres propositions plus intéressantes et moins coûteuses, grâce notamment à la concurrence acharnée entre les prestataires.

La Loi châtel du 3 janvier 2008 :

Une personne déjà affiliée à un organisme de complémentaire santé et qui veut mettre fin à son contrat de caractère individuel dispose de deux possibilités de faire :

  • Informer son organisme assureur de sa décision deux mois avant que son contrat ne soit reconduit automatiquement pour une année supplémentaire. Il s’agit en effet d’une résiliation au terme du contrat et la personne assurée n’est pas appelée à renseigner son organisme assureur sur les bonnes raisons de sa décision. En pratique, c’est la méthode la plus courante et qui ne demande pas beaucoup de formalités afin qu’elle prenne effet.
  • Dès la réception de son avis d’échéance de la part de sa mutuelle santé au minimum un mois avant la date légale d’annulation de son contrat, la personne assurée doit informer son assureur de sa décision de résiliation. En effet, il ne faut pas dépasser vingt jours à compter de la date de réception de l’avis afin d’informer de cette décision, autrement le contrat est tacitement reconduit à une année supplémentaire. Une lettre de résiliation doit être envoyée par courrier recommandé avec accusé de réception à l’adresse de la mutuelle santé. Le numéro du contrat ainsi que sa date limite d’échéance doivent être clairement mentionnés.

Les contrats de mutuelle à titre individuel et la Loi châtel :

Les contrats de mutuelle santé sont pour la plupart des contrats à reconduction tacite, cela signifie qu’ils sont renouvelables d’une manière tacite tous les douze mois à la date limite d’annulation qui est souvent de deux mois avant la date anniversaire de la souscription. Dans ce cas-là, mettre fin à son contrat se fait légalement à cette date d’échéance annuelle et en conformité avec les conditions prédéfinies dans la clause de reconduction qui figurent dans le contrat. Or, dans certains cas l’on se trouve désireux de résilier sa mutuelle santé hors échéance après un changement de situation d’ordre personnel ou professionnel par exemple. Et dans d’autres cas, l’on est obligé d’opter pour cette solution afin d’adhérer à un contrat de mutuelle de groupe obligatoire imposé par son entreprise et bénéficier d’une réductibilité salariale et fiscale, en particulier lorsque les tarifs sont en évolution considérable.

Voilà justement pourquoi la Loi Châtel est entrée en vigueur, c’est afin de réglementer cette pratique et notamment préserver au mieux les intérêts de la personne assurée. Reste à savoir qu’il faut toujours distinguer entre les contrats individuels et les contrats collectifs à adhésion facultative, car c’est uniquement pour le premier type de contrat que la résiliation mutuelle est permise via la Loi Châtel. Ce dispositif concerne uniquement les contrats à titre personnel conclus avec des complémentaires de santé qui acceptent d’appliquer la Loi châtel (attention, ce n’est pas toujours le cas).

Les conditions d’application de la Loi châtel :

Comme susmentionné, la Loi châtel ne concerne pas tous les types de contrats de mutuelle, notamment les contrats de groupe à adhésion facultative et les contrats qui ne se reconduisent pas d’une manière tacite. Et puisque l’objectif principal de cette loi est de protéger la personne assurée contre les augmentations injustifiées appliquées sur les tarifs établis par les institutions de la complémentaire santé, et dont il n’est pas informé qu’après la date de la reconduction de son contrat, alors il y a des démarches à respecter de la part de l’organisme assureur et de l’adhérent à parts égales :

  • La complémentaire santé s’engage à rappeler son adhérent de la date limite de la résiliation de son contrat au moins 20 jours au préalable via un devis d’échéance. Ensuite, la résiliation prend effet selon les termes du contrat conclu.
  • La personne assurée ne souhaitant pas renouveler son contrat pour une année supplémentaire doit envoyer une lettre de résiliation via la Loi châtel à son assureur afin de l’informer de sa décision.
  • Cette lettre doit être soumise dans les vingt jours suivant la date de réception de l’avis d’échéance, le cachet de la poste faisant foi.
  • Il est conseillé d’envoyer la lettre de résiliation par courrier recommandé avec accusé de réception, et d’y préciser en caractères lisibles le numéro de contrat de mutuelle et la date limite de son échéance.
  • Dans le cas où l’assureur ne respecte pas les délais prévus afin d’envoyer l’avis d’échéance à la personne concernée, celle-ci dispose du droit de résilier son contrat de mutuelle à la date qu’elle souhaite sans payer de pénalités.
  • Dans le cas où, l’assureur soumet l’avis d’échéance moins de quinze jours avant la date limite de reconduction tacite du contrat de la personne concernée, celle-ci dispose de vingt jours supplémentaires à compter de la date de réception de ce document afin d’envoyer sa lettre de résiliation par courrier recommandé avec accusé de réception.
  • Les personnes ayant souscrit des contrats de mutuelle santé à adhésion facultative, des contrats de groupe non concernés par la Loi châtel, ou des contrats qui ne se reconduisent pas tacitement chaque année ne disposent pas de la possibilité de résilier leur mutuelle en appliquant la Loi châtel.

Conclusion :

En somme, avant de penser à résilier votre mutuelle santé, il est recommandé de vérifier le type ainsi que les termes du contrat que vous avez signé lors de votre adhésion. Cela vous permettra de savoir si vous avez à justifier ou pas les motifs de votre décision : augmentation tarifaire injustifiée, degré de couverture insuffisant, changement de domicile, adhésion à une mutuelle d’entreprise obligatoire, mariage, divorce, etc. Ensuite, pour trouver votre meilleure complémentaire santé après que votre résiliation prenne effet, nous vous conseillons d’utiliser les comparateurs de mutuelles en ligne, et avoir par conséquent une idée concrète sur les cotisations que vous êtes appelé à payer en fonction de la nouvelle formule que vous allez choisir.

 

Laisser un Avis pour " Résiliation de mutuelle via la Loi Châtel "